Un acte de Wigfrid, évêque de Verdun (959-983), premier écrit dans le processus de fondation d’une nouvelle abbaye

Par Jean-Pol Évrard

« Tant que j’examine les situations chancelantes d’une époque fluctuante, situations qui depuis longtemps persistent fermement en leur propre état, “je prends cette vie en aversion” ; tant que je me souviens de la vie éternelle, – et alors que, quelque peu épuisé par la diminution de mes forces et de mon temps de vie par une maladie récemment devenue habituelle, je m’en détourne –, je respire plus intensément et plus agréablement la bonne humeur continue par laquelle on ne peut aucunement manquer de guérir, parce que ce bonheur passager – quand il a été assez et même trop expérimenté, comparé à la félicité perpétuelle –, au moment où l’on croit le détenir, se désagrège “en poussière et en cendres” et que rien de vrai, de durable et de très cohérent avec la bonne santé ne se retrouve dans ces instants éphémères et transitoires, bien que le bonheur profane vienne souvent trop vite nous sourire faussement à l’occasion des flatteries mensongères de la destinée. C’est pourquoi mis en quelque sorte en branle pour une chose de ce genre, poussé par le souffle de l’Esprit, moi Wigfrid, indigne pécheur dit évêque de la sainte Église de Verdun, j’offre et, mû par la divine dévotion, je transmets à la très glorieuse mère de Dieu, Marie, à l’apôtre saint Paul et au bienheureux confesseur du Christ du même nom, Paul, aux saints martyrs Grégoire et Félicien ainsi qu’à plusieurs autres commémorés dans le Livre de Vie, dont, grâce à Dieu, nous avons pu rassembler dans un faubourg de Verdun toutes les reliques auxquelles nous avons même dédié un monastère, plus riche de désir que de réalité, et en fonction du temps et de nos capacités, nous avons entrepris de réunir et rassembler sous la règle de saint Benoît une petite troupe de moines par les soins de notre fils Blicher, premier abbé et fondateur dudit lieu, et de jour en jour nous nous y efforçons, portés par l’habituelle bienveillance de notre Dieu. L’église et le monastère appelé Lockweiler depuis des temps reculés consacré en l’honneur de Saint-Sauveur, dans le pagus des Vosges, dans le comté de Bidgau, de notre juridiction – légalement échangé avec le comte Liétard, notre cousin issu de germain, contre le domaine appelé Baslieux que nous avait transmis son frère Ricuin, avec la grande dîme et de nombreuses cirières, les exploitations, la terre seigneuriale et six manses libres, les forêts, les prés, les pâtures, les serfs des deux sexes, les revenus et redevances, les moulins, les pêcheries, en totalité et bon état, pour le salut de notre âme et celle de mes susdits neveux et en particulier du comte Richer dont nous avons confié le très illustre corps au sein de la terre mère dans cette église – nous les transférons par donation éternelle de notre juridiction à celle de cette basilique et les attribuons à perpétuité pour la subsistance des frères qui y servent Dieu. De même l’église de Bosen, une autre à Hasborn, une troisième à Winnweiler ; de plus, une exploitation seigneuriale à Silvange avec neuf manses et les autres dépendances ; à Alsenz, la terre seigneuriale avec sept manses et les autres dépendances ; à Igel sur la Moselle, trois manses avec les meilleurs serfs, la moitié de la forêt, la pêcherie, les prés, les vignes et huit tonneaux de vin. Nous faisons donation de tout cet ensemble au susdit monastère, souhaitant que cette offrande plaise à Dieu, et nous condamnons au joug de l’anathème éternel quiconque entreprendrait de la renverser et réfuter. Si jamais quelqu’un, que cela ne soit !, au mépris des dangers pour son âme voulait enfreindre ou modifier cette charte de donation, qu’il encoure en premier lieu la colère de Dieu Tout-puissant et de sa mère, qu’avec Dathan et Abiron pour un tel délit il reçoive le talion, qu’il soit contraint de régler au fisc royal qui est l’avoué particulier de ce monastère une somme de cent livres d’or et que s’il persévère, il ne puisse avoir gain de cause. Et pour que cette charte de donation demeure à jamais inébranlable et stable nous avons de nos propres mains inscrit en dessous les témoins idoines qui assistaient à cette donation, comme le prescrit la loi salique, et pour que cela soit très scrupuleusement confié à la mémoire, nous avons noté le jour et le lieu.

Signum de dom Wigfrid évêque qui prescrivit de faire et confirmer cette charte.

Signum de Chrétien, avoué et vice seigneur. Signum de Ernoul. Signum de Conon. Signum de Gautier. Signumd’Amezon. Signum de Burgeson. Signum de Vulmar. Signum de Bernard. Signum de Waldon. Signum de Ravenger. Signum d’Arnoul. Signum de Hugues. »

***

Lorsque l’on aborde cette charte, on est immédiatement surpris par la forme et la teneur du préambule dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est inhabituel. Sur sept chartes qui nous sont parvenues de cet évêque, cinq autres présentent un préambule, mais sous une forme plus traditionnelle, alors qu’ici elle s’avère très personnelle, Wigfrid s’exprimant à la première personne pour nous faire part de son ressenti et de ses états d’âmes. Ce préambule constitue un cas unique non seulement dans le corpus des actes de cet évêque, mais plus globalement encore dans l’ensemble des actes épiscopaux verdunois. Cette charte retient également l’attention par plusieurs autres aspects à première vue plutôt insolites : le dispositif et la localisation des biens concédés, les références généalogiques, l’eschatocole, la date de temps et de lieu, la liste des témoins. Ces différents éléments, pour autant qu’on puisse les analyser et les replacer dans leur contexte, fournissent en fait des clés de compréhension.  

Qui est cet évêque ?

Né d’un père bavarois, Wigfrid a reçu le nom de son oncle maternel, l’archevêque de Cologne (924-953), qui appartient à la lignée des Matfrid, bien implantée en Lotharingie, et dont une branche donna entre autres les comtes de Metz. Très jeune, il fut envoyé pour sa formation auprès de son oncle, qui exerça des responsabilités importantes au sein de l’empire germanique en tant qu’archichancelier impérial. Après la mort de son oncle, il devint l’un des membres du cercle restreint servant le nouvel archevêque, frère de Otton Ier, « impressionnant exemple d’une personnalité politique sachant aussi bien servir les relations de sa parenté au profit de leur statut noble et de l’empire, que mettre à profit la cohésion spirituelle et politique de son milieu, notamment au sein du cercle autour de Brunon de Cologne » (Finck von Finckenstein 1989). C’est à Brunon de Cologne (953-965) et à son frère l’empereur que Wigfrid dut d’être nommé, en 958, à l’évêché de Verdun, où d’ailleurs le détenteur du comté était son cousin (un autre cousin, le frère dudit Godefroid de Verdun, était l’archevêque de Reims, Adalbéron). Wigfrid qui appartenait à la haute aristocratie lotharingienne pouvait donc s’appuyer sur de puissants réseaux de pouvoir et de relations personnelles, et il n’hésita pas à y faire appel, comme le révèle cette charte.

Un préambule très personnel

Dans ce préambule, Wigfrid s’exprime à la première personne pour nous dire la lassitude qu’il ressent. Sa fatigue est manifeste et il a traversé ce qu’on pourrait qualifier un moment de déprime ; il sent que ses forces ont diminué et craint que sa maladie devenant chronique ne vienne restreindre son espérance de vie. La question qui se pose est donc de savoir pourquoi il se retrouve dans cet état physique et moral. En fait, au moment où il s’exprime, il se trouve loin de son diocèse qu’il a quitté depuis environ une dizaine de mois, ayant pris la tête du contingent de cavaliers lourds (loricati) que son diocèse a envoyé en réponse à l’appel que le jeune co-empereur Otton II a lancé pour l’ost en Italie. Le service du roi était en effet une obligation pour tout évêque. Le temps de rassembler ses hommes et de se préparer (comme l’indique la charte de Wigfrid portant l’échange qu’a conclu le cavalier Milon avec l’abbaye Saint-Vanne pour financer son équipement et son séjour), le groupe verdunois prit la route à l’été 968 pour se joindre à la troupe lotharingienne et gagner l’Italie. On ne peut retracer avec précision l’itinéraire des Verdunois, mais en octobre 968, Wigfrid se trouve à Ravenne où il assiste au second synode chargé de traiter, en présence d’Otton Ier, la question de l’érection de l’archidiocèse de Magdebourg. On ne sait en quel lieu précisément il passa l’hiver ; en tout cas, au printemps 969, il est à Rome où, le 26 mai, il souscrit un privilège du pape Jean XIII pour Bénévent (MGHConcilia, p. 313). 

Se trouvant loin de son diocèse, il avoue, au moment où il écrit cette charte, ressentir physiquement les effets des péripéties de son long voyage à cheval et des conditions de séjour. Ces « situations chancelantes d’une époque fluctuante » sont certainement aussi le reflet des tensions inhérentes non seulement à la vie de la cour impériale, mais aussi des troubles qui affectent l’Italie et le siège pontifical depuis des années, et peut-être aussi pour lui de finances s’amoindrissant.

Les biens concédés

Il est particulièrement significatif de noter qu’aucun des biens concédés mentionnés dans le dispositif ne se trouve dans le diocèse de Verdun ; ils relèvent du riche temporel extérieur que l’évêché possède en pays rhénan dans la région de Tholey (abbaye relevant de l’évêché de Verdun depuis environ deux siècles) ainsi que le long de la Moselle, et ce sont aussi des biens que Wigfrid obtient de sa famille. Il note ainsi en premier lieu son cousin issu de germain, le comte Liétard de Longwy, qui manifestement faisait partie du contingent lotharingien et avec lequel il échange Baslieux contre l’église de Lockweiler et ses dépendances (le domaine de Baslieux sera ensuite redonné par le comte Liétard à l’abbaye Saint-Vanne où il choisira de finir son existence comme moine, d’après une charte de l’abbé Richard, éditée dans Bloch 1898-1902). Les noms de deux autres membres de sa famille apparaissent également, complétant l’arbre généalogique de Wigfrid tout en confirmant son origine lotharingienne.

Les clauses finales

            Pour garantir la bonne fin de l’action juridique principale – les donations – l’évêque prend soin de prévenir que quiconque viendrait à enfreindre les dispositions prises est d’avance condamné « au joug de l’anathème éternel », clause comminatoire étayée par la menace de « la colère de Dieu et de sa mère » ; cette sentence de malédiction sous-entendant excommunication et exclusion de la communauté des fidèles est renforcée par une clause prohibitive que complète une clause pénale. Ainsi le contrevenant risque, comme Dathan et Abiron, d’être englouti par la terre et qui plus est de devoir payer une lourde amende. Cette référence à la peine du talion avec Dathan et Abiron (Nb 16, 1-40 ; Ps 106,17) se rencontre sept fois dans les actes épiscopaux verdunois, entre 951 et 1066 : une fois chez Bérenger (951), deux fois chez Wigfrid, une fois chez Rambert (1026) et trois fois chez Thierry (entre 1064 et 1066), et dans cinq de ces sept cas, le destinataire est l’abbaye Saint-Vanne, autre signe venant accréditer qu’à cette époque le scriptorium épiscopal est celui de ladite abbaye.

Date de temps et date de lieu

Wigfrid profita de sa présence ad limina, c’est-à-dire à Rome, pour demander et obtenir l’appui des empereurs et du pape. C’est sans doute peu après cette charte que Jean XIII lui remit des « reliques des saints martyrs Fabien, Sébastien et César » ainsi que l’un des « bras de saint Félicien » (que mentionne la cérémonie solennelle de fondation du 10 avril 971). S’il avait déjà disposé de ces reliques, il n’aurait pas manqué de le noter dans cette charte. Et bien que le texte annonce le confier à la mémoire (« nous avons noté le jour et le lieu »), aucune annotation de date n’a été reprise par le notaire du XVIIe siècle (aurait-il omis une formule du type « Fait à… » [« Actum… »] ?). Esquisser un calendrier logique des évènements permet donc d’appréhender cette question. On peut ainsi estimer que la date de lieu doit être Rome ; quant à la date de temps, on peut la situer à la fin du printemps ou au début de l’été de cette année 969. 

Le processus de fondation de Saint-Paul

Cette charte constitue le premier témoin écrit dans un processus s’étalant sur plusieurs années, sans doute au moins quatre à cinq ans. À Verdun, le peuple autant que le clergé réclamait la rénovation de l’antique oratoire Saint-Saturnin – où reposait son prédécesseur saint Paul – que les raids normands ou hongrois et surtout les années avaient passablement dégradé. Wigfrid décida donc de s’y atteler. Il fallait redonner à son prédécesseur, non seulement une digne sépulture mais aussi rétablir une communauté pour l’honorer. Il commença par rassembler ce qu’il avait à sa disposition à Verdun, et tout d’abord les reliques de saint Grégoire et de saint Félicien. Il fit ensuite appel à un petit groupe de moines de Tholey auquel il donna comme premier abbé Blicher, leur accordant de premières concessions – et déjà l’emplacement près du confluent de la Scance et de la Meuse –, leur confiant le soin de commencer les constructions. C’est alors qu’intervint le voyage en Italie au cours duquel il entreprit de négocier avec ses cousins. Il dresse un premier état des lieux, plus exactement des biens et possessions accordées à la nouvelle abbaye. Il en notifie le résultat en faisant écrire cette charte et en la faisant authentifier par douze témoins, qui apparemment ne sont pas des clercs ou des religieux, mais plus vraisemblablement des cavaliers membres du contingent verdunois. 

            Le processus de création va se poursuivre pendant encore près de deux ans. Rentré à Verdun, Wigfrid continue de s’y adonner avec courage et enthousiasme, organisant le temporel, pour aboutir à la cérémonie solennelle de fondation de l’abbaye Saint-Paul, promulguée par une charte lue en chaire par le princier et acclamée par toute l’assistance le 10 avril 971, marquant ainsi le bon achèvement de ce processus de fondation et le début de l’histoire de l’abbaye Saint-Paul.

***

Édition du texte latin de l’acte

[969. – Rome]

A. Original non retrouvé, « lettres en parchemin fort ancienne non signée ny scellée » (cf. B).

B. Copie notariée (12 novembre 1640) insérée dans le cartulaire composite de Saint-Paul, Verdun, ms 751, pour la page 269 et Arch. de la Meuse, ancienne coll. Clouët-Buvignier, 11 F 30 pour les pages 267 et 268 (d’après A). N.B. : Les pages 265 à 268 de ce manuscrit Verdun 751 – qui n’est entré dans la bibliothèque municipale qu’au début du XXe siècle – manquent et étaient donc considérées comme perdues ; elles ont pu être retrouvées, en juillet 2013, dans le cadre d’une exploration systématique de la partie de l’ancienne collection Clouët-Buvignier conservée aux Archives départementales de la Meuse, série 11 F, et en particulier carton 11 F 30.

a. C.-L. Hugo, Annales ordinis praemonstratensis, t. II, Pr., col. 319-321.

Le texte contient deux passages entre guillemets. Le premier, entre guillemets français, est une citation de la Genèse (Gn 27, 46 [Jb 9, 21 ; Ecc 2, 17]). Le second, entre guillemets anglais, est une allusion au livre de Job (Jb 30, 19 et 42, 6). Les numéros insérés entre parenthèses renvoient aux identifications des noms de lieux, regroupées après le texte.

Dum fluctuantis seculi fortunas labefactantes et nullo sui statu diu firmiter permanentes inspicio, hujus « me taedet vitae » ; dum recordor aeternae – et cum aliquantulum defatigatus per decrementa virium et aetatis a valetudine dudum as­sueta declino –, illam perpetuam in qua nullius sospitatis defectus est hilarita­tem impensius dulciusque suspiro, quia haec momentanea – ut satis superque exper­tum est ad perpetuam comparata foelicitas – dum teneri putatur, uti “cinis et favilla” dissolvitur nihilque verum et fidele summeque consentaneum saluti, quamvis bea­titudo saecularis saepe numero nobis per ficta fortunae blandimenta falso subrideat in his caducis et transitoriis tempestatibus reperitur. Quapropter aliquo modo in re hujusmodi commotus et spirituali inspiratione contactus, ego Wicfridus, peccator et indignus sanctae Virdunensis ecclesiae dictus episcopus, offero et ex divina devotione trado gloriosissimae Dei genitricis Mariae sanctoque Paulo apos­tolo, ejusdemque nominis beatissimo confessori Christi Paulo, sanctisque marty­ribus Gregorio et Feliciano, cum aliis compluribus in libro vitae nominatis, quorum nobis in suburbio Virdunensi patrocinia, Deo adjuvante, tuta collegimus, quibus etiam inibi monasterium voluntate quam opere ditiore dicavimus, et sub regula sancti Benedicti monachorum turmulam per manum filii nostri Blicheri primi abbatis ejusdem loci fundatoris, aggregare et coadunare pro tempore et posse conati sumus, Deique nostri in dies pietate solita suggerente conabimus. Ecclesiam et locum Locvillare dictum in honore sancti Salvatoris multis retro temporibus consecratum, in pago Vossagensi in comitatu Bedensi in jus nostrum, a Leuthardo comite, sobrino nostro, pro praedio quod Balliolum dicitur, nobis a Ricuvino fratre suo tradito, legaliter commutatum, cum decima optima et cerariis multis, curtes terraque indominicata, sexque mansis ingenuis, sylvis, pratis, pascuis, utriusque sexus mancipiis, exitibus et reditibus, molendinis, piscationibus, ex toto et integro, pro remedio animae nostrae praedictorumque nepotum meorum specialiterque Richeri comitis cujus corpus clarissimum in ipsius ecclesiae sinu terrae matri commisimus, de jure nostro in jus basilicae ipsius aeterna tra­ditione transfundimus, victuique fratrum Deo inibi servientium perpetualiter de­legamus. Similiter ecclesiam ad Bunsena, aliam in Hanocherbrunner, tertiam in Vienvilare ; insuper curtem indominicatam in Sylgovingon cum novem mansis caeterisque appenditiis ; in Alsentia terram indominicatam cum septem mansis aliisque appenditiis ; in Agulla super Mosellam tria mansa cum mancipiis optimis et sylva dimidia, piscatione et pratis vineisque et octo vini cararias. Omnia et ex omnibus ad praesignatum locum, utinam hostiam Deo placabilem, immolamus omnemque haec demoliri et destruere molientem anathematis aeterni jugulatione damnamus. Si quis est autem, quod absit, animae pericula despiciens qui hanc traditionis chartam infringere aut immutare voluerit, primo iram omnipotentis Dei ejusque genitricis incurrat, cum Dathan et Abiron talionem tantae praesumptionis aeque recipiat, fiscoque regio qui specia­lis hujus loci advocatus est centum auri librarum multam coactus exolvat, et quod repetit, evindicare non valeat. Et ut haec traditionis charta deinceps in­convulsa stabilisque permaneat, testes qui huic donationi aderant idoneos ut lex salica praecipit, propria manu subscripsimus et, ut memoriae diligentius commen­detur, diem locumque notavimus.

Signum domni Wilgfridi episcopi qui hanc chartam fieri et firmare praecepit.

Signum Christiani advocati et vicedomini. Signum Ernulfi. Signum Cononis. Signum Waltheri. Signum Amezonis. Signum Burgesonis. Signum Vulmari. Signum Bernardi. Signum Waldonis. Signum Ravengeri. Signum Arnulphi. Signum Hugonis.

***

Bibliographie complémentaire

Bloch H. (1898-1902), « Die Älteren Urkunden des Klosters St. Vanne zu Verdun », Jahrbuch der Gesellschaft für Lothringische Geschichte und Altertumskunde, 10, 1898, p. 338-349 et 14, 1902, p. 48-159.

Finck von Finckenstein A. G. (1989), Bischof und Reich. Untersuchungen zum Integrationsprozess des ottonisch-frühsalischen Reiches (919-1056), Sigmaringen, Thobecke. 

Hlawitschka E. (1969), Die Anfänge des Hauses Habsburg-Lothringen, Saarbrücken, Minerva-Verlag Thinnes et Nolte.

Hübinger P.-E. (1935), Die weltlichen Beziehungen der Kirche von Verdun zu den Rheinlanden [Rheinisches Archiv 28], Bonn, Röhrscheid Verlag. 

MGHConcilia, t. VI/2, Concilia aevi saxonici (962-1001), Hanovre, Harrassowitz Verlag, 2007.

MGHDiplomata regum et imperatorum Germaniae, t. II/2 : Ottonis II diplomata, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1888. 

MGHLeges, constitutiones et acta publica imperatorum et regum, t. 1, 911-1197, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1893.

Schenk zu Schweinsberg G. (1904), Die Abstammung des Kaiserhauses Lothringen-Oesterreich von den Grafen Richwin von Verdun. Genealogische Studien zur Reichsgechichte II, Darmstadt, Im Selbstverlag des Historischen Vereins für das Grossherzogtum Hessen.

Image d’illustration : Arch. de la Meuse, 11 F 30, p. 268.



Citer ce billet
Jean-Pol EVRARD (2024, 3 mai). Un acte de Wigfrid, évêque de Verdun (959-983), premier écrit dans le processus de fondation d’une nouvelle abbaye. ACTÉPI. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sw3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search