Un acte de Manassès de Garlande, évêque d’Orléans, confirmant une donation aux Hospitaliers

par Paul Chaffenet

« Rien ne supprime autant les désagréments de l’oubli que le souvenir vivant des lettres. De ce fait moi Manassès, évêque d’Orléans par la grâce de Dieu, je fais savoir par le témoignage de ce présent écrit tant aux futurs qu’aux présents qu’en notre présence, par notre main et dans la main de notre cher frère Anselme, prieur hospitalier du grand prieuré de France, le cher Algrin, chanoine cathédral de l’église d’Orléans, pour le salut de son âme et de celle de ses parents, a concédé à perpétuité à l’ordre de l’Hôpital de Jérusalem tout ce qu’il possédait à Choisy[-aux-Loges], à savoir une chapelle, un bois, une maison, une terre arable, trois arpents de vin situés au-delà de la Loire et quatre arpents de pré à Mareau[-aux-Bois]. Nous, à la prière d’Algrin, pour écarter à l’avenir toute calomnie et en guise de plus grande confirmation, nous accordons à l’Hôpital le présent écrit renforcé par l’autorité de notre sceau. Nous établissons également que si quelqu’un, ayant eu connaissance de notre confirmation, tentait de s’y opposer, que l’anathème soit sur lui. Fait publiquement à Saint-Port, l’an du Verbe incarné 1184, en présence d’Umbaud, abbé d’Olivet, d’Hugues et de Vital, nos chapelains, du frère Gautier de Landelle, du frère Foulques, chapelain du prieur, du frère Lambert de Marigny, du frère Roger de Chartres, du frère Gérard d’Abbécourt, de Jean, prêtre de Séris, et de Barthélémy, clerc du prieur. Donné par la main d’Eudes, notre notaire, du temps des dignitaires de l’Église d’Orléans que sont le doyen Hugues, le chantre André, le sous-doyen Létold et le chevecier Manassès. »

***

L’acte est daté de 1184. Ce millésime convient à la mention de l’impétrant Algrin, chanoine du chapitre cathédral Sainte-Croix d’Orléans, déjà attesté en 1182, à la souscription du notaire épiscopal Eudes, connu depuis 1169, ainsi qu’à la liste finale des dignitaires cathédraux orléanais que sont le doyen Hugues de Garlande (1168-1198), le chantre André (… 1172-1192 …), le sous-doyen Létold (1168-1188 …) et le chevecier Manassès (… 1162-1192 …). La date de temps est donc pleinement acceptable même si elle ne peut guère être vérifiée à l’aune des témoins. Ces derniers sont assez nombreux – dix en tout – mais seuls sont clairement identifiés les chapelains épiscopaux Hugues et Vital que l’on retrouve la même année dans une autre charte de l’évêque Manassès de Garlande. Les autres témoins ne sont pas autrement documentés et la plupart sont vaguement qualifiés de frères (fratres) : il s’agit probablement de membres de l’ordre de l’Hôpital, également appelé ordre de Saint-Jean de Jérusalem et destinataire de l’acte épiscopal. Nous sommes aussi en présence de la seule mention connue du prieur hospitalier Anselme. Il est littéralement dit « prieur de l’Hôpital en France », ce qui signifie qu’il est à la tête du grand-prieuré de France. Jusqu’au début du XIVe siècle, c’est-à-dire avant la disparition de l’ordre du Temple et la passation de ses biens à l’Hôpital, ce prieuré recouvre la langue de France (une des sept provinces hospitalières) qui correspond à l’ensemble du royaume capétien. La date de lieu, Saint-Port, conforte elle aussi la datation 1184. L’expression Sanctus Portus est un des noms primitifs de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Barbeau, fille de l’abbaye de Preuilly fondée vers 1145 dans le diocèse de Sens, près de Melun. Fondation largement soutenue par le roi Louis VII (qui s’y fait inhumer en 1180), cet établissement monastique est aussi également choyé par l’évêque Manassès qui, en 1184, lui accorde une charte de donation. Plusieurs érudits de l’époque moderne ont affirmé que cette sollicitude épiscopale résulterait de la consécration de l’abbaye qui, lit-on, aurait été présidée en 1171 par le prélat orléanais. Cette assertion étant invérifiable faute de sources, il n’en reste pas moins qu’en 1184 et 1185, Barbeau est un endroit de prédilection pour la promulgation des dernières chartes de Manassès comme l’indique alors la fréquente date de lieu Saint-Port.

La copie la plus fiable (désignée par le sigle dans l’apparat critique de l’édition) provient du cartulaire de la commanderie Saint-Marc d’Orléans qui en 1171 est attestée pour la première fois comme dépendance du Temple. Or, notre acte épiscopal est adressé à l’Hôpital. Mais cela n’est pas aberrant : en 1313, les Hospitaliers orléanais ont transféré leur siège à Saint-Marc ; le cartulaire précité a été réalisé environ un siècle après que l’ancien vocable templier a été récupéré par l’Hôpital.

Nous avons ici affaire à un acte de confirmation validant les donations du chanoine Algrin en faveur des Hospitaliers. Cet objet juridique ne signifie pas que l’intervention épiscopale doit être reléguée au second plan. Au contraire, le formulaire de la charte contribue à faire de la reconnaissance par l’évêque Manassès un instrument d’autorité à part entière. Passé le préambule dont on notera la brièveté – même s’il aborde un thème essentiel et rebattu qu’est la nécessité de recourir à l’écrit pour lutter contre l’oubli –, l’indication selon laquelle Algrin a demandé une confirmation épiscopale montre que cette dernière est jugée indispensable à l’effectivité de dons d’ailleurs faits en présence de l’évêque (« par notre main »). La valeur probatoire de cette caution est renforcée par une longue corroboration qui affirme avec insistance que l’écrit (scriptum) muni du sceau de l’évêque permettra d’éviter à l’Hôpital toute contestation future et  appuiera la confirmation (« pour écarter à l’avenir toute calomnie et en guise de plus grande confirmation, nous accordons à l’Hôpital le présent écrit renforcé par l’autorité de notre sceau »). La clause comminatoire, c’est-à-dire celle qui menace d’anathème les contrevenants, ou encore la recognition notariale sont d’autres moyens de validation utilisés par l’évêque.

L’eschatocole contient des caractères diplomatiques internes typiques de l’épiscopat de Manassès de Garlande. On remarquera, entre autres, le caractère expéditif de la date de temps : dans les chartes de cet évêque, l’année du Verbe incarné ou de l’Incarnation est assez rarement complétée par d’autres indices chronologiques tels que l’an de règne ou encore l’année d’épiscopat. Il convient surtout d’insister sur l’énumération des personnes d’autorité du chapitre Sainte-Croix. Elle est précédée par la formule « ordinatis in Aurelianensi ecclesia majoribus personis » dont la traduction est difficile et qui semble se rapporter à la datation. La liste de présence est constituée des quatre principaux dignitaires cathédraux que sont, dans l’ordre, le doyen Hugues de Garlande (neveu de l’évêque, il accède au siège épiscopal orléanais en 1198), le chantre André, le sous-doyen Létold et le chevecier Manassès (frère du doyen). L’annonce ordinatis précitée (qui connaît parfois des variantes) et son contenu prosopographique sont employés dans la plupart des chartes de l’évêque Manassès à partir de 1148. Néanmoins, leur présence est plus rare dans les années 1180-1185.

Enfin, l’acte est révélateur de la diversité de l’entourage clérical de Manassès de Garlande. Les chapelains épiscopaux (« capellanis nostris ») Hugues et Vital sont au nombre des premiers témoins. La même année 1184, ils apparaissent dans une autre charte de l’évêque qui leur confère également la qualité de chanoines réguliers de l’abbaye Saint-Euverte d’Orléans. Cette information est capitale car il n’est généralement pas possible de déterminer si les chapelains de l’évêque Manassès (en tout six attestés depuis les environs de 1150) occupent d’autres fonctions cléricales. La promotion de chanoines de Saint-Euverte au titre de chapelains est tout de même une bonne illustration de l’attention épiscopale privilégiée dont jouit l’abbaye orléanaise dans la seconde moitié du XIIe siècle. Manassès ne semble pas avoir joué un rôle central dans l’affiliation de Saint-Euverte à l’ordre de Saint-Victor, une réforme canoniale que l’on peut dater d’au plus tard 1146. Il n’empêche que depuis la fin des années 1170, les chanoines réguliers d’Orléans sont au nombre des destinataires d’actes épiscopaux les plus souvent représentés. D’ailleurs, dans les chartes concernées, l’évêque exprime ouvertement sa dévotion à l’égard du patron, saint Euverte, qui n’est autre que l’un de ses antiques prédécesseurs sur le siège d’Orléans, au IVe siècle. La sollicitude de Manassès envers l’abbaye est d’autant plus marquée qu’il en fera son lieu d’inhumation. Le notaire épiscopal Eudes est un autre auxiliaire épiscopal présent dans l’acte pour les Hospitaliers. Il intervient dans le cadre d’une souscription de chancellerie, en lieu et place du chancelier qui est alors un grand absent du clergé orléanais. En effet, alors que le chancelier Algrin d’Étampes était attesté depuis la décennie 1110, il disparaît brutalement des sources après 1160. S’ensuit une vacance du poste explicitement signalée dans les chartes épiscopales (« Cancellario nullo » voire « Vacante cancellaria »). Des notaires se voient alors fréquemment confier la rédaction de l’écrit épiscopal ou tout du moins la supervision de cette rédaction. Les notarii nostri de la fin de l’épiscopat de Manassès sont au nombre de trois : en plus d’Eudes, nous trouvons deux clercs nommés Robert et Étienne. Néanmoins, les mentions des deux derniers sont beaucoup moins nombreuses. En effet, sur une vingtaine de recognitions notariales repérées de 1162 à 1185, la moitié concerne Eudes.

***

Édition critique du texte latin

A. Original perdu.

B. Copie du XVe siècle dans le cartulaire de la commanderie Saint-Marc d’Orléans, Paris, Archives nationales, S 5010, n° 111, f. 38v, sous la rubrique : « Choigy, Olivet et Mareau »– C. Copie de 1681 par Claude Estiennot dans les Fragmenta historica Aquitanicae, t. 14, Paris, Bibliothèque nationale, ms lat. 12776, p. 411-412 (peut-être d’après : « Ex tabulario Templi Aurelianensis »), sous la rubrique : « Militibus Templi Algrinus ecclesiae Sanctae Crucis Aurelianensis canonicus dat Chogiacum et alia plura ».

corrigé de C

Nichil(a) que aufert(b) oblivionis incommodum(c) sicuti(d) vivax memoria litterarum. Propterea ego Manasses Dei gratia Aurelianensis episcopus, presentis scripti testimonio tam posteris quam presentibus aperire duximus quia dilectus noster Algrinus Aurelianensis ecclesie canonicus, in presentia nostra constitutus, domui Hospitalis Jerosolimitani(e) per manum nostram in manu dilecti nostri fratris Anselli ejusdem Hospitalis in Francia prioris quicquid possidebat apud Chogiacum cappellam(f), nemus et domum suam et terram arabilem et tria arpenta vinearum, que sunt ultra Ligerim, et quatuor arpenta pratorum apud Marogilum, dedit pro remedio anime sue et parentum suorum et imperpetuum(g) possidere concessit. Nos vero, ad ipsius Algrini preces, Hospitali super hoc(h) ad removendam omnem in posterum(i) calumpniam(j)et ad majorem rei hujus confirmationem, presens dedimus scriptum sigilli nostri actoritate(k) roboratum. Statuimus etiam quod si quis, sciens huic confirmationi nostre, obviare attemptaverit(l), anathema sit. Actum publice apud Sanctum Portum, anno incarnati Verbi M°. C°. LXXXIIII°.(m), astantibus ibidem : Umbaldo abbate de Oliveto ; Hugone et Vitali(n)capellanis nostris ; fratre Walterio de Landella ; fratre Fulcone cappellano(o) prioris ; fratre Lamberto de Maregniaco ; fratre Rogero Carnotense ; fratre Girardo de Abecort ; Johanne(p) sacerdote de Sericiaco ; Bartholomeo clerico prioris. Datum per manum Odonis notarii nostri, ordinatis in Aurelianensi ecclesia majoribus personis : Hugone decano ; Andrea cantore ; Letoldo subdecano ; Manasse capicerio.

(a) Nihil C. – (b) auffert C. – (c) incommmodum B. – (d) sicut C. – (e) Jerosolymitani C. – (f) capellam C. – (g) in perpetuum C. – (h) haec C. – (i) posteris C. – (j) calumniam C. – (k) authoritate C. – (l) attentaverit C. – (m) MCLXXXIV° C. – (n) Vittali C. – (o) capellano C. – (p) Joanne C.



Citer ce billet
paulchaffenet (2024, 23 février). Un acte de Manassès de Garlande, évêque d’Orléans, confirmant une donation aux Hospitaliers. ACTÉPI. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw9i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search