Un acte de Manassès de Garlande, évêque d’Orléans, donnant aux chanoines de Saint-Victor de Paris une église paroissiale récemment érigée en Beauce

par Paul Chaffenet

« Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, Amen. Manassès, par la grâce de Dieu, évêque d’Orléans, à tous les fidèles du Christ tant futurs que présents, à perpétuité. Le soin incombant à notre office nous prescrit d’examiner plus attentivement l’état de notre diocèse et de corriger ce qui doit l’être en ce qui concerne les églises ou le peuple. Le mouvement du temps provoquant des changements, il est souvent nécessaire de modifier les anciennes dispositions, soit à cause d’un péril imminent, soit en raison d’une utilité manifeste. Que tous sachent que jusqu’à notre époque le peuple de Bucy n’a pas disposé de son propre prêtre mais que la cure était assurée par le prêtre d’Artenay. Ainsi que le prouve le voyage depuis cette localité, Bucy était séparé d’Artenay par une très longue distance. Cela causait un grand danger car le prêtre d’Artenay ne pouvait se rendre ni rapidement ni facilement à Bucy pour entendre la confession et donner la communion à ceux qui tombaient soudainement malades ou qui étaient mourants ainsi que pour baptiser en toute hâte les tout jeunes enfants. Désireux d’écarter ce danger qui pesait non seulement sur le peuple mais aussi sur nous-même en raison de la tâche qui nous a été confiée, après avoir pris conseil auprès d’hommes savants et religieux et avec l’assentiment de l’archidiacre Philippe et du chapitre [cathédral Sainte-Croix] d’Orléans, nous avons établi une nouvelle église à Bucy et nous l’avons consacrée. Et comme les chanoines [réguliers] de Saint-Victor [de Paris], par un don royal, possèdent les droits seigneuriaux en ce lieu, nous leur avons donné à perpétuité cette église et en avons confié la charge des âmes à l’abbé de Saint-Victor afin qu’il lui procure un prêtre issu des chanoines et qui devra la desservir. Afin que ces décisions ne soient pas détruites par l’oubli, nous les avons fait valoir par un écrit et, afin qu’elles ne soient pas affaiblies par les personnes futures, nous les avons confirmées au moyen de l’impression de notre sceau. »

***

L’acte est intitulé au nom de Manassès de Garlande, évêque d’Orléans attesté à partir du 20 octobre 1146 et en fonction jusqu’en 1185. Issu d’une famille étroitement liée à la royauté capétienne, ce prélat est mieux connu pour sa proximité avec Louis VII, roi de France (1137-1180), que pour son gouvernement épiscopal dans le diocèse d’Orléans. Pourtant, celui-ci est documenté par plus de deux-cent chartes, ce qui représente environ quatre cinquièmes du corpus d’actes épiscopaux orléanais édités dans le cadre du projet ACTÉPI. Manassès est également réputé pour avoir bâti en 1162 une tour accolée à la collégiale Saint-Liphard de Meung-sur-Loire et dont d’imposants vestiges sont encore visibles.

Cet acte n’est pas daté. Il a nécessairement été établi au plus tôt en 1146, année qui est aussi celle de la première attestation de Philippe dit de France (il est le frère de Louis VII) en tant qu’archidiacre dans le diocèse d’Orléans. La borne chronologique finale peut être située au 2 janvier 1154 quand une bulle du pape Anastase IV confirme en faveur de l’abbaye Saint-Victor de Paris la donation par l’évêque Manassès de la paroisse de Bucy-le-Roi.

Le dispositif fait apparaître deux objets juridiques que sont l’édification récente de l’église de Bucy par l’évêque et la donation de l’église de Bucy à l’abbaye Saint-Victor de Paris, qui est de fait incorporée au temporel des chanoines. En l’absence d’impétrants, c’est-à-dire de demandeurs ayant sollicité ces actions, celles-ci sont présentées comme le fruit d’initiatives épiscopales. Elles sont une expression concrète des devoirs moraux incombant à l’évêque, obligations affichées dès le long préambule qui insiste sur la responsabilité épiscopale vis-à-vis des églises de son diocèse et des fidèles (« Le soin incombant à notre office nous prescrit d’examiner plus attentivement l’état de notre diocèse et de corriger ce qui doit l’être en ce qui concerne les églises ou le peuple »). L’évêque n’agit pas pour autant seul. En effet, la construction et la consécration de l’église ont été rendues possibles par le consentement de principaux auxiliaires épiscopaux que sont le chapitre cathédral Sainte-Croix d’Orléans et l’archidiacre Philippe, dont on peut penser qu’il est à la tête de l’archidiaconé de Beauce, situé dans le nord du diocèse d’Orléans et dont relèvent Bucy et Artenay.

Au-delà des justifications présentées dans le préambule, il est nécessaire de s’interroger sur les motivations de l’évêque Manassès. La contrepartie imposée à Saint-Victor, en l’occurrence celle d’assurer la desserte paroissiale à Bucy («nous […] en avons confié la charge des âmes à l’abbé de Saint-Victor afin qu’il lui procure un prêtre issu des chanoines et qui devra la desservir »),  illustre plus généralement le phénomène d’attribution de fonctions sacerdotales aux chanoines réguliers (Saint-Victor ayant été fondé au début du XIIe siècle sous la règle de saint Augustin). Les prérogatives conférées par l’évêque Manassès aux Victorins peuvent également être vues comme une conséquence des difficultés d’implantation de l’abbaye parisienne à Bucy. En 1113, un diplôme du roi Louis VI (1108-1137) lui a octroyé la villa et ses dépendances (dans la charte épiscopale, le « don royal » fait peut-être référence à ce précédent diplomatique). Pourtant, un acte délivré entre 1137 et 1154 par Louis VII laisse entendre que l’emprise de Saint-Victor sur Bucy est alors loin d’être aboutie car il y est dit que les serfs refusaient de se soumettre aux chanoines. Cette mise en contexte documentaire pourrait expliquer l’absence de curé à Bucy, une situation dont l’acte de Manassès déplore les effets, puisqu’elle est présentée comme un danger pour le peuple chrétien et même pour le salut de l’évêque (« jusqu’à notre époque le peuple de Bucy n’a pas disposé de son propre prêtre mais la cure était assurée par le prêtre d’Artenay […].Désireux d’écarter ce danger qui pesait non seulement sur le peuple mais aussi sur nous-même en raison de la tâche qui nous a été confiée ») sans en identifier les causes : il est possible que Saint-Victor n’ait pas été jusque-là en mesure d’ériger une église à Bucy et encore moins d’y prendre en charge l’encadrement paroissial. L’évêque Manassès a pu être d’autant plus enclin à gratifier Saint-Victor dans la mesure où, à défaut d’être exclusif, son intérêt à l’égard de la vie canoniale régulière est patent tout au long de son épiscopat. En témoignent ses nombreuses largesses à l’égard des Prémontrés du Gué-de-l’Orme et des chanoines réguliers de Notre-Dame de Beaugency mais surtout de l’abbaye Saint-Euverte d’Orléans, ancienne collégiale affiliée aux Victorins au plus tard en 1146. Il s’avère que sous Manassès de Garlande les chanoines réguliers orléanais reçoivent eux aussi des chartes épiscopales de donation d’églises en Beauce. Cette convergence documentaire renforce l’idée que la cession de l’église de Bucy à Saint-Victor participe d’une entreprise de consolidation du réseau paroissial dans les confins septentrionaux du diocèse d’Orléans.

Le formulaire de l’acte se caractérise par une certaine sécheresse. En plus de l’absence de datation, on pourra noter que l’annonce du sceau n’est pas accompagnée d’autres signes de validation tels qu’une liste de souscripteurs ou de témoins. Signalons aussi la relative brièveté du dispositif qui, en guise de clause finale, emploie une corroboration (« nous les avons fait valoir par un écrit et, afin qu’elles ne soient pas affaiblies par les personnes futures, nous les avons confirmées au moyen de l’impression de notre sceau ») mais pas de clause comminatoire menaçant les éventuels contrevenants de sanctions spirituelles ou pénales. Cette corroboration contient d’ailleurs la seule formule pouvant constituer un indice de rédaction épiscopale, en l’occurrence une clause de réserve contre l’oubli (« Afin que ces décisions ne soient pas détruites par l’oubli »). L’expression est probablement héritée de la chancellerie royale de Louis VI et connaît un certain essor à Orléans depuis l’épiscopat de Jean II (1096-1135). À l’inverse, dans la titulature, la graphie latine du nom de l’évêque (Manases et non Manasses) est assez surprenante car elle n’est utilisée qu’à une seule autre reprise, à savoir dans une charte épiscopale établie vers 1149 à destination de l’abbaye Saint-Laumer de Blois et dont l’original est conservé.

***

Édition critique du texte latin

A. Original Paris, Archives nationales, L 898, n° 1. Sur parchemin, largeur 212 × hauteur 212/222 mm, dont repli 25/31 mm, scellé sur une simple queue de parchemin  d’un sceau de cire brune, en navette et assez bien conservé (largeur 66 × hauteur 100 mm). L’évêque y est représenté debout, mitré et bénissant de la main droite. Il semble tenir un objet de la main gauche mais ce dernier n’est pas clairement lisible. La légende ne peut être que partiellement déchiffrée : MANASSES … EPISCOPUS. Le contre-sceau est dépourvu de motifs. Au dos du parchemin  a été apposée une inscription médiévale et latine : LIII. De concessione ecclesie Buciaci.

B. Copie partielle du XIIIe siècle dans un cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Paris, Paris, Archives nationales, LL 1450A, fol. 121v, sous la rubrique : De ecclesia de Buciaco. – C. Copie du XVIIe siècle par Jean de Thoulouse dans Annales abbatialis ecclesiae Sancti Victoris Parisiensis, t. 1, Paris, Bibliothèque nationale, ms lat.14368, p. 679-681 (d’après A, avec une description matérielle du sceau épiscopal ; daté de 1149). – D. Copie partielle du XVIIe siècle par Jean de Thoulouse dans un autre manuscrit également intitulé Annales abbatialis ecclesiae Sancti Victoris Parisiensis, Paris, Bibliothèque nationale, ms lat.14679, p. 399-400 (daté de 1149).

IN NOMINE PATRIS ET FILII ET SPIRITUS SANCTI, AMEN(a). |2| Manases Dei gratia Aurelianensis episcopus, omnibus Christi fidelibus tam posteris quam presentibus, imperpetuum. Injuncti officii cura nos |3| ammonet ut diocesis nostrȩ statum diligentius inquiramus et, si quid aut in ȩcclesiis aut in populo corrigendum invenerimus, |4| corrigamus. Et quia cum mutabilitate temporum res ipse mutantur, plerumque necesse est ut antique dispositiones, tum pro |5| imminenti periculo declinando, tum pro manifesta utilitate, aliter disponantur. Noverint igitur universi quod usque ad |6| nostra tempora populus de Butiacho sacerdotem proprium non habebat sed presbiter de Artheniacho ejusdem populi curam |7| gerebat. Villa vero Butiachi, sicut ex ipso itinere comprobatur, ab Artheniacho intervallo longissimo disparatur. In |8| quo magnum periculum erat, quia sacerdos de Artheniacho his, qui apud Butiachum subito infirmabantur, et for-|9|-sitan moriebantur, ad audiendam confessionem et dandam communionem et etiam parvulis sub festinatione baptizan-|10|-dis nec cito nec facile occurrere poterat. Nos igitur periculum istud, quod non solum populo sed etiam pro cura nobis com-|11|-missa nostro capiti imminebat, omnino removere volentes, inito cum sapientibus et religiosis viris consilio, |12| assensu domni Philippi archidiaconi et Aurelianensis capituli, apud predictum Butiachum ȩcclesiam novam statuimus(b)|13| et consecravimus. Et, quia canonici Beati Victoris, ex dono regio, in eadem villa dominium habent, nos predictam |14| ejusdem ville ȩcclesiam eisdem canonicis perpetuo habendam donavimus et curam illius abbati Beati Victoris |15| commisimus, quatinus ipse provideat quem de fratribus suis sacerdotem ad agendam populi curam statuere debeat. Quod |16| ne valeat oblivione deleri, scripto commendavimus et, ne possit a posteris infirmari, sigilli nostri impres-|17|-sione firmavimus.

(a) La ligne 1 est écrite avec des capitales plus grosses (à peu près 10 mm de hauteur) que dans le reste de l’acte. Les lettres de AMEN sont espacées de manière irrégulière : 12 mm entre le et le ; 20 mm entre le et le ; 35 mm entre le et le N. Le est particulièrement proéminent (32 mm de largeur). – (b) Le mot statuimus occupe toute la fin de la ligne 12 et empiète sur la marge de droite.

Image d’illustration : Acte de Manassès, évêque d’Orléans, Paris, Archives nationales, L 898, n° 1.



Citer ce billet
paulchaffenet (2024, 23 février). Un acte de Manassès de Garlande, évêque d’Orléans, donnant aux chanoines de Saint-Victor de Paris une église paroissiale récemment érigée en Beauce. ACTÉPI. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw9h

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search