Un acte énigmatique d’Odolric, évêque d’Orléans, notifiant une restitution d’église

Par Paul Chaffenet

« Alors que par de nombreux moyens file la course du temps et que survient l’oubli, et qu’il est connu que les hauts faits s’éloignent bien souvent des trésors de la mémoire, seul l’écrit pouvant témoigner et porter à la connaissance les auteurs de ces actions et les actes de ceux à venir, il importe de transmettre par la forme des lettres tout le bien qu’une personne a fait, en particulier ce qui concerne le droit de la sainte Église. Par conséquent, moi, [Odolric …] je veux que ceux présents comme ceux à venir, en particulier mes successeurs, sachent qu’Azinerius, chanoine de notre église, reconnaissant avoir agi contre ma volonté, est venu en ma présence, désirant apaiser la faute qu’il a commise à mon encontre. Mais comme je n’ai consenti à aucune de ses demandes, il savait que j’étais sérieusement en colère contre lui. Ainsi, afin de montrer qu’il était prompt à se laisser fléchir en faisant amende honorable, il a rendu à moi et à la sainte église d’Orléans l’église Notre-Dame de l’Hôtel qu’il avait obtenue au titre de la vicairie. En présence de nos rois et co-évêques, nous avons interdit à quiconque présent et futur, sous menace de perpétuel anathème, de prétendre ravir cette église longtemps aliénée et enfin restituée à la sainte Église de Dieu. Robert, roi. Hugues, roi. Seing d’Odolric, évêque. Seing de Gausselin, archevêque. Seing de Fulbert, évêque. Seing de Béraud, évêque. Seing d’Ameil, évêque. Seing de Guy, évêque. Seing d’Azinerius qui détenait l’église précitée au titre de la vicairie ».

***

L’acte n’est pas daté. Son terminus a quo est à placer en décembre 1022 : ce repère chronologique correspond à la première mention assurée d’Odolric en tant qu’évêque d’Orléans, un prélat issu de la famille aristocratique de Broyes-Pithiviers et dont la date de début d’épiscopat n’est pas précisément déterminée, de nombreux historiens ayant hésité entre 1021 et 1022. Hugues, fils de Robert le Pieux, roi des Francs, est ici présenté comme roi au même titre que son père : sacré en 1017 et par la suite souverain associé, il meurt prématurément le 17 septembre 1025, cette dernière date constituant dès lors un terminus ad quem pour notre charte épiscopale. Les autres données prosopographiques contenues dans l’acte ne nous sont d’aucun secours : Azinerius, chanoine de Sainte-Croix, n’est attesté nulle part ailleurs, et les dates de gouvernement des cinq évêques souscripteurs à la suite d’Odolric d’Orléans excèdent la période 1022-1025.

Le seul témoin manuscrit connu de l’acte (B) est une copie datée du XIe siècle et réalisée sur l’un des derniers feuillets d’un manuscrit du IXe siècle. Celui-ci est un des exemplaires d’une Bible attribuée à Théodulphe, évêque carolingien d’Orléans (798-818). La copie de l’acte de l’évêque Odolric a d’ailleurs conduit à supposer que le manuscrit en question était conservé dans la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans. La présence d’un chrisme et de croix ainsi que la disposition des souscriptions en deux colonnes conduisent à envisager que dérive de la charte originale disparue, le copiste s’étant alors efforcé d’en reproduire les caractères diplomatiques externes. Mais est une copie altérée. À une époque indéterminée, elle a été soumise à deux grattages ciblés : la titulature épiscopale a quasiment disparu et, dans le dispositif, l’épithète désignant l’église d’Orléans a lui aussi été effacé. Les éléments textuels perdus ont fait l’objet de propositions de restitutions de la part de Léopold Delisle dans son édition (a) mais celles-ci ne doivent être que partiellement suivies. Selon Delisle, la titulature devrait ainsi être reconstituée en « Odolric, par la grâce de Dieu évêque de la sainte église d’Orléans » (« Odolricus gratia Dei sanctae Aurelianensis ecclesiae episcopus »). Le nom latin Odolricus est plausible, cette graphie se retrouvant dans les souscriptions. On pourrait à la rigueur considérer qu’Aurelianensis est encore très légèrement visible sur le parchemin. Toujours est-il que les assertions de Delisle sont de pures conjectures. Dans les quatre autres chartes de l’évêque Odolric dont le texte a survécu – une autre n’est plus connue que par des témoignages d’érudits de l’époque moderne –, la variation lexicale est de mise en ce qui concerne le toponyme servant à désigner le siège épiscopal d’Orléans (on trouve successivement « ecclesiae Aurelianensis », « Aurelianorum » et « Aurelianensis ») et même dans le mot exprimant la fonction d’évêque (« antistes » concurrence « episcopus »). Ces actes ont de toute manière vraisemblablement été rédigés par des destinataires différents, sachant que deux des quatre chartes précitées sont adressées à l’abbaye Saint-Mesmin de Micy mais que les autres ont pour bénéficiaires respectifs la collégiale Saint-Euverte d’Orléans et l’abbaye Saint-Père de Chartres. Cela rend d’autant plus vaine toute tentative de restauration complète de la titulature grattée.

Les causes de ces altérations volontaires ne sont pas élucidées. Nombre de médiévistes confrontés à cet acte bien singulier y ont vu la trace documentaire d’une vengeance du chapitre cathédral Sainte-Croix contre l’évêque Odolric après que ce dernier, en décembre 1022, a été impliqué dans la condamnation au bûcher de clercs orléanais jugés hérétiques. Des tensions entre l’évêque et son chapitre sont tout à fait envisageables. Le chroniqueur aquitain Adhémar de Chabannes, dont les écrits doivent toutefois être appréhendés avec grande prudence, a affirmé qu’Odolric aurait fait exhumer le corps du chantre cathédral Théodat, considéré lui aussi comme hérétique. Néanmoins, l’idée de représailles écrites perpétrées par les chanoines de Sainte-Croix est contredite par l’examen approfondi de la charte. En effet, s’il avait été question de bannir des mémoires l’évêque Odolric, comment alors expliquer que son nom ait été conservé dans les souscriptions ? Certes, en s’attaquant à la titulature, le ou les responsables des grattages ont en quelque sorte anonymisé le prélat orléanais qui, une fois dépourvu de sa qualité d’auteur, se retrouve mêlé au milieu d’une foule de souscripteurs.

Le formulaire de l’acte appelle, quant à lui, quelques observations. Passé le préambule dont la longueur est notable, une grande partie de la teneur est occupée par l’exposé où, d’une part, est narrée l’amende honorable du chanoine cathédral Azinerius qui, après avoir pris conscience de ses fautes, restitue l’église Notre-Dame de l’Hôtel, et où, d’autre part, est mise en avant la force de coercition de l’évêque. Le dispositif se résume dès lors à une notification épiscopale où, à défaut de corroboration annonçant l’écrit probatoire, la menace d’anathème brandie contre les éventuels contrevenants (« nous avons interdit à quiconque présent et futur, sous menace de perpétuel anathème, de prétendre ravir cette église » ; « ne quis praesentium vel futurorum deinceps auferre praesumeret, perpetuo anathemate interdiximus ») fait office d’instrument d’autorité épiscopale. Cet accent spirituel s’accompagne d’une certaine solennité, la disposition ayant vraisemblablement été effectuée lors d’une assemblée royale dont nous ignorons le lieu (« en présence de nos rois et co-évêques » ; « praesentibus regibus nostris atque coepiscopis »). Cela pourrait expliquer pourquoi à la suite des rois Robert et Hugues (annoncés non par l’abréviation de Signum mais par une croix) souscrivent des évêques d’horizons géographiques très divers : trois prélats des pays ligériens (Odolric, évêque d’Orléans ; Gauzlin, archevêque de Bourges ; Fulbert, évêque de Chartres) ; deux représentants de la province ecclésiastique de Reims (Béraud, évêque de Soissons et Guy, évêque de Senlis) ; Ameil II, évêque d’Albi. On notera enfin la physionomie atypique de la souscription d’Azinerius (il s’agit de nouveau du chanoine disposant) dans laquelle est rappelée sa mainmise initiale sur l’église rétrocédée (« l’église […] qu’il avait obtenue au titre de la vicairie » ; « cujus praedicta ecclesia extitit vice vicaria »). 

Le chanoine Azinerius est investi d’une vicaria, un terme dont la traduction est difficile. La qualité de vicarius semble ici se rapporter à un représentant de l’évêque mais sans que l’on puisse en savoir davantage. S’agit-il d’une fonction (par exemple, le prêtre desservant) ou encore d’un ensemble indéterminé de droits sur l’église en question ? La rareté de ce lexique dans les sources orléanaises du début du XIe siècle nous prive d’éléments de comparaison susceptibles d’éclairer la signification du mot vicaria.

L’intérêt historique de la charte de l’évêque Odolric réside surtout dans le fait qu’elle contient la plus ancienne mention connue de Notre-Dame de l’Hôtel, église paroissiale d’Orléans au sujet de laquelle la documentation écrite ne devient relativement abondante qu’à partir du début du XIIe siècle. Entre 1110 et 1113, un acte non daté de Jean II, évêque d’Orléans (1096-1135), ainsi qu’un diplôme délivré en 1113 ou 1123 par Louis VI le Gros, roi des Francs (1108-1137), attestent la donation de cette église à l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud qui y installe par la suite un prieuré. À la même époque, le vocable magdalénien (Beata Maria Magdalena de Hospitali) commence à être timidement employé pour la qualifier.

***

Édition critique du texte latin

A. Original perdu.

Copie utile

B. Copie figurée du XIe siècle et partiellement grattée, insérée dans la bible dite de Théodulphe, Paris, Bibliothèque nationale, ms lat.9380, fol. 346v (probablement d’après A)

Éditions

a. Léopold Delisle, « Les Bibles de Théodulfe », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 40, 1879, p. 5-47, ici p. 27 (d’après B). – b. Joseph Thillier et Eugène Jarry, Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans (814-1300) contenant le Chartularium ecclesiae Aurelianensis Vetus suivi d’un appendice et d’un complément, Paris (Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais ; 30), 1906, p. CXI, n. 1 (d’après a).

B

Cum(a) multis modis labentibus temporum curriculis, subintrante oblivione, res gestȩ a thesauris memoriȩ noscuntur sepius recedere, solum scriptura testificante, et gerentes rerum et actus gerentium futurorum notitiȩ possunt patere, necessario quicquid boni quis gesserit, maxime jus in sancta Ecclesia, apicibus litterarum, quȩ sunt vocum notȩ, oportet tradere. Igitur ego [Odolricus …](b) notum iri volo tam praesentibus quam futuris, meis scilicet successoribus qualiter Azinerius nostrȩ ecclesiȩ canonicus, recognoscens se contra meam voluntatem ȩgisse, nostram adiit praesentiam, lenire cupiens quȩ delinquendo in me gessit. Sed cum in nullo ejus petitionibus assensum praeberem graviterque me sibi infensum cognosceret, tandem ut satisfactione placabilem redderet, ecclesiam Sanctȩ Mariȩ Hospitalis, quam vice vicaria optinuit, sanctȩ Dei ecclesiȩ [Aurelianensi] et mihi reddidit. Quam diu alienatam tandemque sanctȩ Dei ecclesiȩ restitutam, ne quis praesentium vel futurorum deinceps auferre praesumeret, perpetuo anathemate interdiximus, praesentibus regibus nostris atque coepiscopis. Rodberti regis(c) ; Hugonis regis(d) ; S. Odolrici episcopi ; S. Gauslini archiepiscopi ; S. Fulberti episcopi ; S. Beraldi episcopi ; S. Amelii episcopi ; S. Widonis episcopi ; S. Azinerii, cujus praedicta ecclesia extitit vice vicaria.

(a) Devant Cum, B reproduit un chrisme. – (b) Le grattage a pour conséquence un vaste espace blanc entre ego et notum, seul le nom Odolricus pouvant être restitué, B. – (c) Une croix précède Rodberti regis, B. – (d) Une autre croix est indiquée devant Hugonis regis, B.



Citer ce billet
paulchaffenet (2023, 12 décembre). Un acte énigmatique d’Odolric, évêque d’Orléans, notifiant une restitution d’église. ACTÉPI. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/al7e

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search