Trois actes faux de l’abbaye de Bucilly attribués à Barthélemy de Joux, évêque de Laon

Par Annie Dufour

Le corpus des actes des évêques de Laon antérieurs à 1151 comprend sept actes destinés à l’abbaye de Bucilly, émanant tous de Barthélemy de Joux et portant des dates comprises entre 1113 et 1148. J’étudierai ici trois d’entre eux, qui datent du début de l’épiscopat, et présentent des caractéristiques communes. Ce sont les numéros 63, 85 et 88 du corpus. Ils sont édités ci-dessous :

63

1113.- Laon

Barthélemy notifie l’accord passé entre l’abbaye de Bucilly et Roger, fils d’Ingobrand de Pierrepont, qui exerce l’avouerie sur les hommes de l’abbaye résidant sur le terroir de Pierrepont, relativement à l’avouerie de l’alleu de Cuirieux, autrefois donné à ladite abbaye par son fondateur Elbert, comte de Vermandois.

A. Original perdu.

B. Copie du XIIIe s, cartulaire de l’abbaye de Bucilly, BnF, lat. 10121, fol. IX, avec le titre rubriqué « Privilegium domini Bartholomei, Laudunensis episcopi, de advocatia de Cuirues ».

a. Barthélemy, Bucilly, p. 117, d’après B.- b. D. Misonne, « Eilbert de Florenne. Histoire et légende, La geste de Raoul de Cambrai », dans Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 4e série, t. 35, Louvain, 1967, p. 126, annexe n° 5, d’après a.- c. Depoin, Saint-Martin-des-Champs, t. II, n° 220, d’après B.

INDIQUÉ : Florival, p. 275, n° 2.

In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Ne res digne relatu temporis curriculo depereant et a memoria decidant, scripto retinente posteros certificare prisca patrum consuevit sagacitas. Eapropter ego Bartholomeus, Dei gratia Laudunensium episcopus, notum fieri volumus tam futuris quam presentibus quod Ingobrandus, dominus de Petroponte, advocatiam hominum Sancti Petri Buciliencis ecclesie in territorio de Petroponte manentium, non satis rationabiliter aliquandiu tenuit, quam nullus predecessorum suorum antea tenuerat. Sed post eum, Rogero filio ejus denominate, permissu nostro et curie nostre consilio, ipsa Buciliensis ecclesia eandem advocatiam concessit, tum propter ipsorum indignam rusticorum repugnationem, tum propter nobilium circummanentium nimiam erga eos feritatem, ita tamen quod ipse advocatus non prosequetur eos extra territorium de Petreponte. Et quia alodium de Cuiriex a pie memorie Elberto, Viromandensi comite, predicte ecclesie fundatore, eidem ecclesie liberaliter collatum fuerat, hanc preter advocatum ecclesia detinuit in eodem alodio et habuit dignitatem, omnes legitimos redditus, bannum, sanguinem et justiciam, terram et nemus incolis ad excolendum distribuere. Et sicut libertatem et habet et habuit distribuendi, sic succedente tempore seu per elemosinam seu per redemptionem vel etiam forisfactum habebit recipiendi. Advocato vero dum advocabitur dumtaxat, concessit terciam partem de commisso de aliquo sibi resistente. Preterea si quid incole sine ulla reclamatione ad ecclesiam facta de suo vellent ei dare sine offensa ecclesie, poterit accipere. Advocatus nichilominus concessit ecclesie omnem vicinitatem terre sue, wionagium, theloneum et pasturas et si quid etiam de feodo suo rationabiliter ulterius acquirere posset ; mesi etiam, quos rustici diu injuste reclamaverant, tam curie nostre consilio quam multorum nobilium judicio, rei veritate subtiliter examinata coram nobis adjudicati sunt ecclesie. Marco quoque domino de Veele sicut et predecessoribus suis fecerat permisit ecclesia accipere Corneias ab incolis de Cuiriex, eo quod tam curtis ejusdem ecclesie sita ad Cuiriex quam homines ejusdem ville omnem vicinitatem et pasturas haberent in territorio de Veele. Ut autem hujus pagine tenor perpetuum illibatumque vigorem obtineat, sigilli nostri impressione et testium subscriptione roborari dignum duximus et in eos qui perturbare presumpserint, nisi resipuerint et ad condignam satisfactionem venerint, anathematis sententiam promulgamus. Signum domni Bartholomei, episcopi, qui hoc scriptum fieri jussit. S. Guidonis, decani et archidiaconi. S. Radulphi, archidiaconi. S. Bliardi, cantoris. S. Roberti, decani Sancti Johannis. S. Gaufridi, cantoris. S. Clarenbaldi de Roseito. S. Erlberti, vicedomini. S. Nicholai, castellani. S. Bliardi de ErcriS. Marci de Veele. S. Odonis de Abbatia. S. Bartholomei de BoumontS. Rogeri de Bolonia. Actum apud Laudunum, anno incarnati Verbi M°C°XIII°. Ego Radulphus, cancellarius Sancte Marie Laudunensis ecclesie, relegi et subscripsi.

85

1120 [novembre].- Laon (en synode).

Barthélemy confirme le privilège ancien par lequel Elbert, comte de Vermandois, et sa femme Gertrude avaient fondé l’abbaye de femmes de Bucilly, dédiée à Saint-Pierre et l’avaient dotée de biens énumérés dans l’acte.

A. Original perdu.

B. Copie du XIIIe s., cartulaire de l’abbaye de Bucilly, BnF, lat. 10121, fol. I, avec le titre rubriqué « Incipiunt carte Bucell. Privilegium de domino Elberto, Viromandorum comite » et le n° I.- C. Copie du XVIIIe s., BnF, Coll. Picardie, vol. 234, fol. 175v, « d’après les archives de l’bbaye de Bucilly ».

a. Hugo, Annales, t. I, pr., col. CCCXXXIV (éd. partielle).- b. M. Melleville, Dictionnaire, t. I, p. 167.- c. Barthélemy, Bucilly, p. 113, d’après B.- d. A. de Florival, p. 287, n° 18, d’après a.- e. A. Longnon, Raoul de Cambrai, p. 252, d’après B.- f. Depoin, Saint-Martin-des-Champs, t. II, n° 221.- g. D. Misonne, « Eilbert de Florenne. Histoire et légende, La geste de Raoul de Cambrai », dans Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 4e série, t. 35, Louvain, 1967, p. 128, annexe n° 6, d’après c.

INDIQUÉ : D. Barthélemy, Les deux âges de la seigneurie banale, Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1984, p. 49, n. 12.

Ego Bartholomeus, Dei gratia Laudunensium episcopus. Quia, seculo senescente, cuncta simul deficiunt, ita ut etiam scripta, que ad servandam hominum memoriam fieri solent, nimia vetustate solvantur, necessitate compulsi sumus ecclesiis nobis a Deo commissis, quas in exordio episcopatus nostri ex magna parte destructas repperimus, in hoc prudenter et fideliter subvenire, ut earum privilegia fere consumpta et attrita renovari et nostro munimine confirmari faceremus. Eapropter notum fieri volumus tam futuris quam presentibus quod inter aliarum ecclesiarum privilegia etiam Bucelliensis ecclesie antiqua privilegia, que ob sui vetustatem pene deperierant, in conspectu generalis synodi precepimus afferri et rescribi, rescripta sigillo nostro firmari, firmata coram personis astantibus recitari. Inter autem privilegia, unum erat vetustissimum sub nomine Elberti, Viromandensis comitis, ejusdem Bucelliensis ecclesie fundatoris, conscriptum, quod propter auctoritatem ejusdem fundatoris diligentius audiri et ipsius continentiam presenti scripto fecimus inseri. Ipse quipe comes, ob remedium anime sue et predecessorum suorum, instinctu nobilissime uxoris sue Gertrudis, fundavit ecclesiam de Veteri Buciliaco, in alodio suo, in honore beati Petri, apostolorum principis, et sanctimoniales inibi ad serviendum Deo constituit et que subscripta sunt sicut in eodem privilegio reperta sunt, libere eidem ecclesie contulit. Totum alodium suum de Buciliaco, cum appenditiis suis, alodium de Harcignis, alodium de Effris, alodium de Perveriis, alodium de Leheris, de Angoziis et de Lentis cum legitimis redditibus eorumdem alodiorum scilicet censibus, terragiis, silvagiis, banno, justicia et sanguine et aliis justis consuetudinibus. Medietatem silve que dicitur de Communione, medietatem totius territorii de Martigniaco, molendinum super Ysaram apud Novas Domos. Sed quia predicta alodia ex magna parte nemorosa erant et infructifera, ut non sufficere possent ad victum habitantium in Buciliensi ecclesia, prefatus comes ad supplementum annone et vini contulit eidem ecclesie territorium totius ville de Cuirues cum redditu ejus et quartam partem Hermondiville que nimirum antea fuerant ecclesie Sancti Quintini Viromandensis ; sed ipse comes pro recompensatione dedit eidem ecclesie crucem auream gemmis insignitam, que crux, ad memoriam hujus facti permanens in ipsa ecclesia Sancti Quintini usque hodie, dicitur crux Buciliensis. Servos etiam et ancillas quos in predictis locis seu villis idem comes habebat, libere donavit prefate Buciliensi ecclesie, nullo sibi vel posteris suis dominatu seu jure retento et tam eos quam ecclesiam in omni loco dominationis sue ab omni tributo, wionagio et theloneo liberos reddidit. Insuper etiam ad augmentum tenere plantationis sue quicquid ulterius de feodo suo rationabiliter acquirere posset, eidem ecclesie gratanter annuit ipsamque ecclesiam sub custodia sua et successorum suorum materiali gladio defendendam ut capellam propriam detinuit. Nos igitur eandem ecclesiam paterno affectu diligentes et priorum benefacta sicut digna memoria celebrantur pie et fideliter amplectentes, omnia hec que prescripta sunt libere et quiete ipsi ecclesie imperpetuum possidenda pontificali auctoritate confirmamus. Si qua ergo ecclesiastica vel secularis persona contra hanc paginam venire et prefatam ecclesiam super his temere inquietare presumpserit, secundo terciove commonita, si non resipuerit et ad condignam satisfactionem venerit, anathemati subjaceat. Ut autem hec permaneant et illibatum et perpetuum robur obtineant et sigilli nostri impressione et testium subscriptione communiri fecimus. Signum domni Bartholomei episcopi, qui hoc scriptum fieri jussit. S. etc. Actum Lauduni, in generali synodo, et confirmatum anno incarnati Verbi M°C°XX°.

88

1120.- Laon (à la cour de l’évêque).

Barthélemy donne, à la demande de Thomas de Marle, fils et successeur d’Enguerrand de La Fère ([I de Coucy], une copie partielle d’un privilège endommagé par lequel ledit Enguerrand avait accordé à l’abbaye de Bucilly l’exemption du guionage et du pontonage sur ses terres de et de La Fère.

A. Original perdu.

B. Copie du Marle XIIIe s., cartulaire de l’abbaye de Bucilly, BnF, lat. 10121, fol. IXv, avec le titre rubriqué « Privilegium domni Bartholomei Laudunensis episcopi de concessione winagiorum de Fera et de Marla ».- C. Copie de 1789, BnF, Coll. Moreau, vol. 50, fol. 45, d’après A.

a. Depoin, Saint-Martin-des-Champs, t. II, n° 222, d’après B.

INDIQUÉ : D. Barthélemy, Les deux âges de la seigneurie banale, Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1984, p. 497-498. 

In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Debitores sumus Omnipotenti rationem presertim, cum jura ecclesiarum et decreta principum, que digna sunt memoria, ne oblivione depereant, habeamus in palam, deducere et posterorum noticie scripto commendare. Eapropter ego Bartholomeus, Dei gratia Laudunensium episcopus, universis quos oportet scire notum facimus quod privilegium Engelranni, domini de Fara, in curia nostra, presente Thoma ejusdem successore, allatum et relectum fuerit, eo quod plus cera quam littera deficeret, cujus hec erat continentia : « Ego Engelrannus, dominus de Fara, ob anime mee et predecessorum meorum remedium libere imperpetuum concedo ecclesie Buciliensi per totam terram meam de Marla et de Fara, cum voluerit transire et quicquid placuerit, absque wionagio, pontonagio et ulla penitus exactione ducere et reducere ». Thomas autem, cum non ignoraret predictam ecclesiam admodum pauperem, non solum donum patris laudavit sed, ut munimine nostro et auctoritate renovaretur, expetiit, insuper etiam omnem terre sue vicinitatem et aisentias contulit et, si quid de feodo suo ulterius rationabiliter adquirere posset, annuit. Verum quia nostrum est nobilium benefacta approbare, approbata pontificali auctoritate roborare, et testes subscribi et sigillo nostro precepimus muniri. Signum Guidonis, decani et archidiaconi. S. Radulphi, archidiaconi. S. Blihardi, cantoris. S. Thome, domini de Marla, qui hoc scriptum renovari fecit. S. Rogeri, domini de Petrapontis, et ceterorum. Actum Lauduni, in curia nostra, anno incarnati Verbi M° centesimo XX°. Ego Radulphus, cancellarius Sancte Marie Laudunensis, relegi, scripsi et subscripsi.

***

Les débuts de l’abbaye de Bucilly (Aisne, arr. Vervins, cant. Hirson) sont incertains. Ils ne sont connus que par la Vita Kaddroe, la Chronique de Waulsort, et par deux actes de Barthélemy de 1113 (n° 63) et de 1120 (n° 85). Selon la Vita Kaddroe (Acta sanctorum, Mart., t. I, p 476-480, § 4), une noble dame, nommée Hersent aurait fondé, à proximité l’une de l’autre, l’abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache pour les hommes (acte de Raoul, évêque de Laon, n° 5, de 943) et celle de Bucilly pour les femmes. La Chronique de Waulsort (§ 10, ed. Daniel Misonne, « Eilbert de Florenne. Histoire et légende, La geste de Raoul de Cambrai », dans Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 4e série, t. 35, Louvain, 1967, p. 194-195) rapporte qu’Eilbert, fondateur de l’abbaye de Waulsort, fonda aussi l’abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache, puis à l’instigation de sa femme Hersent celle de Saint-Pierre de Bucilly. Selon les deux actes cités de Barthélemy, le fondateur de l’abbaye est Elbert, comte de Vermandois, qui dans le n° 85 est dit avoir agi à l’instigation de sa femme Gertrude. L’identification d’Elbertus et de sa femme a suscité de nombreuses controverses chez les historiens. Selon dom Daniel Misonne, qui a édité les deux actes de Barthélemy et tenté d’éclairer le dossier, il est exclu qu’Elbertusdésigne Albert, comte de Vermandois (Aldebertus ne peut donner Elbertus), et les fondateurs de Bucilly seraient bien Eilbert, seigneur de Florennes, vassal d’Albert, et sa première femme, Hersent. Les religieuses de Bucilly auraient attribué à tort à Eilbert le titre de comte de Vermandois. Dom Misonne refuse de voir dans cette confusion l’influence de la tradition de la chanson de geste de Raoul de Cambrai, écrite au Xe siècle, qui aurait postérieurement attribué au héros, dont Eilbert pourrait être le modèle historique, un titre qu’il n’avait pas. Il pense que l’erreur provient plutôt du fait qu’au début du XIIe siècle l’abbaye était sous la dépendance de la famille de Vermandois. Par ailleurs Hersindis peut avoir été lu Gertrudis en raison de l’état défectueux de la charte originale.

En 1119, l’abbaye fut donnée à Cluny par Adèle de Vermandois pour devenir prieuré de Saint-Martin-des-Champs (http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/html/Paris-S-Martin-des-Champs.html#Paris-S-Martin-des-Champs_0219). Mais en 1148, Barthélemy introduit à Bucilly les chanoines de l’ordre de Prémontré (A. Dufour, Actes des évêques de Laon : des origines à 1151, 2001, acte n° 295 ; les numéros qui suivent sans autre référence provienne de ce corpus).

Il ne subsiste que très peu d’actes médiévaux concernant Bucilly et une grande partie d’entre eux sont faux. Ils ne sont connus que par des copies, qui nous ont été transmises par un cartulaire du XIIIe siècle, conservé à la BnF sous la cote lat. 10121.

Dans le premier des actes examinés (n° 63) daté de 1113, Barthélemy notifie l’accord d’avouerie passé entre Bucilly et Roger de Pierrepont sur l’alleu de Cuirieux donné à l’abbaye par son fondateur, Elbert. 

Dans le deuxième (n° 85), daté de 1120, l’évêque constatant que les privilèges de Bucilly sont fere consumpta et attrita, a décidé de les présenter au synode et de les récrire pour les confirmer de son sceau, en particulier l’acte de fondation, dont il insère le contenu dans le présent acte.

Le troisième (n° 88) est également daté de 1120. Barthélemy confirme, à la demande de Thomas de Marle une exemption de guionage sur les terres de Marle et de La Fère accordée à l’abbaye par son père Enguerrand Ier de Coucy. L’acte donne une copie partielle du dispositif du document original endommagé, qui a été apporté et relu devant la cour épiscopale, parce que plus cera quam littera deficeret. Cette expression est surprenante, car les sieurs de Coucy n’avaient pas encore de sceau à l’époque d’Enguerrand Ier. Par ailleurs, Dominique Barthélemy, qui met en doute l’authenticité de cet acte, fait remarquer que si une exemption avait été accordée par ce sieur de Coucy, elle serait antérieure à 1100, alors que la série d’exemptions de guionage des sires de Coucy ne commence qu’en 1139 (D. Barthélemy, Les deux âges de la seigneurie banaleCoucy, XIe-XIIIe siècle, 1984, p. 498)

Si on examine les caractères internes, les trois actes présentent de nombreuses similitudes et particularités, que nous allons examiner en les comparant aux caractéristiques des autres actes du corpus. 

L’invocation trinitaire des numéros 63 et 88 est terminée par Amen, ce qui se trouve rarement dans les actes de Barthélemy avant les années 1130, mais devient surtout fréquent pendant la période 1140 à 1146 (9 occurrences dans des actes destinés à Prémontré, Saint-Nicolas-aux-Bois, Saint-Vincent de Laon, et Foigny). Il y a cependant deux occurrences en 1116 (n° 77 pour Saint-Denis, et n° 83 pour Cuissy). Par ailleurs ce phénomène est courant à la chancellerie royale sous le règne de Louis VI (1108-1137). 

Les préambules des n° 63 et 88 surprennent dès l’abord par une sobriété caractéristique de la fin de l’épiscopat de Barthélemy. Ils insistent sur l’importance de l’écrit et la fragilité de la mémoire, alors que ce genre de préambule, très rare avant 1130 (n° 82, 1118, Saint-Martin-de Laon), se rencontre plus fréquemment à partir de cette date, essentiellement à Prémontré et à Saint-Martin de Laon, abbaye entrée dans l’ordre de Prémontré en 1124, pour se généraliser à partir de 1140. 

La conjonction eapropter se trouve dans les trois actes pour relier la suscription ou la notification à ce qui précède. Dans le reste du recueil, on ne la rencontre pas avant 1134 (n° 160), puis 1142 (n°225, abbaye de Prémontré). Dans les années 1145-1147 elle est utilisée très fréquemment.

Mis à part dans les trois actes 63, 85, 88, la formule de notification notum fieri volumus tam futuris quam presentibus quod (ou quia), apparaît pour la première fois dans l’acte de fondation de Prémontré en 1121 (n° 94). On la retrouve en 1131, puis entre 1135 et 1147, presque uniquement dans les actes de cette abbaye et des abbayes de l’ordre de Prémontré (Saint-Martin de Laon, Thénailles, Saint-Yved de Braisne). 

La clause d’anathème du n° 63 anathematis sententiam promulgamus n’est pas attestée dans les autres actes avant 1131 (n°92), celle du n° 85 du type secundo terciove commonita, si non resipuerit et ad condignam satisfactionem venerit, anathemati subjaceat, inspirée de la chancellerie pontificale, ne se rencontre pas avant 1132 (n° 143, pour Prémontré) ; il faut ensuite attendre 1138 pour en trouver de nouveaux exemples (n° 182 et 184, tous deux également pour Prémontré). Mis à part les actes 63 et 85, l’expression ad condignam satisfactionem n’apparaît pas avant 1140 (n°198 pour Prémontré).

L’expression robur obtinere dans la clause de validation du n° 85 n’est pas attestée dans les autres documents de Barthélemy avant 1141. On la trouve dans l’acte n° de 1142 pour Prémontré ; munimine nostro (sans complément de nom) n’est attesté que dans les actes 85, 88 et 310 (de 1149).

La date des trois actes est constituée de la seule année de l’Incarnation, ce qui n’arrive jamais sous le cancellariat d’Anselme (1098-1117) et est très rare sous celui de Raoul (1117-1133). La date ne se simplifie qu’à partir de 1146, date à partir de laquelle l’année de l’Incarnation figure seule dans plus de la moitié des actes. Par ailleurs, la formule Actum… et confirmatum ne se rencontre que dans le numéro 85.

La date de lieu n’est introduite par apud que dans le n° 63 et dans le n° 120, de 1129, pour Saint-Martin de Laon.

Enfin l’acte 63 est souscrit par le chancelier Raoul qui ne commence à exercer le cancellariat que quatre ans plus tard, en 1117, après la mort de son frère Anselme.

Dans les souscriptions des actes 63 et 85, le mot domni précède le nom de l’évêque. Cela ne se produit que dans trois autres actes de 1129 (n° 120 pour Saint-Martin de Laon), 1145 (n° 261, Saint-Martin de Tournai) et 1148 (n° 295, confirmation dans l’ordre de Prémontré de l’abbaye de Bucilly). 

En ce qui concerne le vocabulaire les mots examinaresagacitasrepugnatio (rusticorum)feritas (nobilium)relatus, et l’expression a memoria decidere ne se rencontrent que dans le numéro 63.

L’expression legitimos redditus, bannum, sanguinem et justiciam contenue dans les actes 63 et 85 serait anachronique dans le privilège d’Elbert. Dans notre recueil d’actes, elle n’est attestée que bien plus tard, dans le n° 162 de 1134 pour Notre-Dame et Saint-Jean de Laon. Le substantif nobilis ne se trouve que dans les actes 63 et 88, et dans deux actes pour Prémontré de 1143 et 1147 (n° 230 et 279).

Les mots sanctimonialestributum, les expressions exordium episcopatus, seculo senescente, ne se rencontrent que dans le numéro 85 ; continentia, pour désigner le contenu d’un acte, est employé uniquement dans les actes 85 et 88. Le mot Omnipotens qualifiant Dieu, présent dans l’acte 88, se rencontre très rarement dans le recueil. On le trouve dans deux actes faux (n° 5, 16), dans un acte de 1121 (n°94, pour Prémontré) et dans un acte de 1141 (n° 204, pour Saint-Vincent de Laon). Il n’est jamais employé comme substantif, comme c’est le cas ici (toutefois le mot Deo peut avoir été oublié par le copiste). L’emploi du prénom Marcus (n° 63) est surprenant au début du XIIe siècle (N.N. Huyghebaert, Eilbert de Florennes… [C.R.], Revue belge de philologie et d’histoire, 1968, 46-2, p. 469).

Enfin comme le fait remarquer Dominique Barthélemy, l’appellation dominus de, suivant le prénom, est exceptionnelle dans les actes de Barthélemy de Joux (op. cit., p. 497). On ne la rencontre que dans les n° 63 et 88 et dans le n° 322, faux, pour Saint-Michel-en-Thiérache! 

Il apparaît donc que les trois actes examinés possèdent les caractéristiques des actes de Barthélemy postérieurs à 1140, principalement ceux destinés à l’abbaye de Prémontré et à d’autres abbayes de cet ordre, en particulier Saint-Martin de Laon. Il est possible qu’ils aient été forgés vers 1148, au moment où Barthélemy introduit à Bucilly les chanoines de l’ordre de Prémontré. Au sujet du n° 88, Dominique Barthélemy écrit qu’« un acte (ou un modèle d’acte) d’Enguerran II a été habilement enrobé vers 1148 (moment de la vraie restauration de Bucilly) par un scribe qui connaissait bien les actes, nombreux et homogènes, issus de la chancellerie de Barthélemy de Laon » (op. cit., p. 373). 

Mais le dossier de faux de Bucilly pourrait aussi avoir été constitué après l’épiscopat de Barthélemy. On trouve en effet dans le cartulaire de Bucilly (BnF, lat. 10121, fol. 3v) une confirmation faite, en 1151, par Gautier de Saint-Maurice, évêque de Laon, du rattachement de Bucilly à l’abbaye de Prémontré opéré par son prédécesseur. Le dispositif et la date sont intéressants à examiner, car ils sont pratiquement identiques à ceux de l’acte 85. En voici le texte : « Nos itaque eandem ecclesiam paterno affectu diligentes et priorum benefacta sicut digna celebrantur memoria pie et fideliter amplectentes omnia hec que prescripta sunt libere et quiete ipsi ecclesie imperpetuum possidenda auctoritate confirmamus. Ut autem presentis pagine tenor illibatum et perpetuum robur obtineat, et sigilli nostri impressione et testium subscriptione communiri fecimus. Signum Galteri decani. Actum Lauduni, in generali synodo, et confirmatum anno incarnati Verbi millesimo centesimo quinquagesimo primo. »

On peut donc penser que les religieux de Bucilly, désireux de faire confirmer leurs possessions, ont mis à profit leurs connaissances historiques, qu’un scribe, disposant de nombreux actes de Barthélemy destinés aux établissements prémontrés, a intégrées dans ces actes prétendument de 1113 et 1120, sans se soucier des anachronismes.

(Image d’illustration : BnF, ms. lat. 10121, fol. IX)



Citer ce billet
Grégory Combalbert (2021, 15 décembre). Trois actes faux de l’abbaye de Bucilly attribués à Barthélemy de Joux, évêque de Laon. ACTÉPI. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/al7a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search