Un acte d’Arnoul, évêque de Lisieux, sanctionnant un clerc paroissial marié

par Grégory Combalbert

« Arnoul, par la grâce de Dieu, évêque de Lisieux, à tous les fidèles du Christ tant présents qu’à venir, salut. Nous faisons savoir à votre universalité que l’autorité du pontife romain nous a délégué, pour que nous le tranchions et que nous y mettions fin par une décision judiciaire sans l’obstacle de l’appel, le conflit pendant entre notre vénérable frère Osberne, abbé de Lyre, et Gilbert du Jardin, clerc, à propos de l’église de Bertreville. Les parties s’étant donc constituées en notre présence, une première et une seconde fois, les allégations de chacun ayant été largement entendues et scrupuleusement exposées, et Gilbert l’ayant publiquement reconnu en droit, nous avons appris que ce dernier était marié et qu’il possédait en même temps le personat de l’église susdite. Compte tenu de ce que prescrivent les sacrés canons, nous avons déclaré que Gilbert, étant marié, ne pouvait pas, en vertu du droit, posséder un personat d’église. Nous avons décidé qu’il devait renoncer à ladite église, qu’il avait possédée contre les prescriptions ecclésiastiques. Cette église ayant été intégralement restituée, nous avons donné à l’abbé le pouvoir d’en disposer comme si c’était la sienne, étant totalement préservée la justice épiscopale pour notre seigneur et père l’archevêque de Rouen, dans le diocèse duquel se situe cette église et à qui nous avons demandé que soit confiée l’exécution de ce qui a été fait par nous sur mandat du siège apostolique. Salutations. »

***

L’acte proposé ici a été donné par le célèbre évêque Arnoul de Lisieux (en fonction de 1141 à 1181), plus connu dans l’historiographie pour sa célèbre collection de lettres que pour ses chartes, et pour ses ambiguïtés politiques que pour son activité d’administrateur diocésain ou de juge. 

Dans cet acte, qui ne porte pas de date mais qui a été donné entre avril 1166 et janvier 1177, alors qu’Osberne est abbé de Lyre, Arnoul agit comme juge délégué par le pape, selon une procédure habituelle lorsque des acteurs ecclésiastiques locaux font appel à la justice pontificale et que celle-ci n’est pas en mesure d’instruire et de trancher l’affaire elle-même. Le conflit à traiter concerne une église du diocèse de Rouen, celle de Bertreville. C’est ce qui explique que l’exécution de la décision du juge délégué soit confiée à l’archevêque de Rouen et qu’une clause soit ajoutée pour préserver explicitement les droits judiciaires de ce dernier, qui ne doivent pas être diminués ou remis en cause par l’action ponctuelle et exceptionnelle d’un juge pontifical délégué : le juge ordinaire reste l’archevêque de Rouen.

Le conflit oppose le clerc de l’église, Gilbert du Jardin, et l’abbé de Lyre (abbaye du diocèse d’Évreux). Gilbert possède le « personat » de l’église, mot utilisé, à peu de choses près uniquement en Normandie et en Angleterre à cette époque, pour désigner le bénéfice ecclésiastique qui inclut en général au moins les deux tiers de la dîme paroissiale. Gilbert est donc le clerc titulaire de cette église et correspond à ce que l’on appellera plus tard, à partir du XIIIe siècle, le curé. Il est très probable qu’il ne dessert pas l’église lui-même puisqu’il est seulement clerc et non prêtre. Dans ce cas, il doit avoir recours à un vicaire prêtre pour assurer la desserte de son église. L’abbé de Lyre, quant à lui, est possiblement, même si le texte ne le dit pas, le patron de l’église de Bertreville, c’est-à-dire la personne (agissant ici pour le compte de son abbaye) qui a le droit de choisir le clerc ou le prêtre titulaire de l’église (ou du « personat ») et de le présenter à l’archevêque pour que celui-ci lui donne l’investiture.

Les motifs du conflit ne sont pas directement évoqués et ils ne sont pas forcément clairs. Lorsqu’il évoque le traitement de l’affaire, Arnoul se focalise sur le problème de mœurs qui concerne le prêtre et qui explique la manière dont le différend est finalement réglé. Mais le conflit initial entre le prêtre et l’abbé n’avait peut-être pas pour objet principal les mœurs du prêtre. Après que le prêtre a abandonné son église, Arnoul indique en effet que l’abbé pourra en disposer « comme si c’était la sienne ». Cette précision est inhabituelle dans les chartes épiscopales normandes : elle est donc ici surprenante. Si l’abbé était effectivement le patron reconnu de l’église de Bertreville, Arnoul pourrait plus simplement dire que celui-ci a le droit ou le pouvoir de disposer de cette église. Cette précision « comme si c’était la sienne » (tanquam de sua en latin) laisse penser que l’identité du patron de l’église n’est finalement pas une évidence. L’abbé reçoit la possibilité de disposer de l’église en faveur d’un prêtre de son choix mais pas parce qu’il en a assurément le droit. Du point de vue juridique, cette possibilité apparaît, dans le texte, comme exceptionnelle, probablement en attendant que l’identité du patron soit connue avec certitude. Cela amène à supposer que le conflit initial entre l’abbé de Lyre et le prêtre Gilbert est possiblement un conflit pour le patronage de l’église de Bertreville, que tous deux pourraient revendiquer. La présence de la clause de réserve concernant la justice épiscopale de l’archevêque de Rouen – une clause préservant le droit d’un évêque qui n’est pas l’auteur du texte et qui est, en tant que telle, très rare dans les actes épiscopaux normands du XIIe siècle – va d’ailleurs dans ce sens. Il semble qu’Arnoul, en entendant les parties, a découvert un problème qui n’était pas l’objet du conflit initial : celui qui concerne les mœurs du prêtre. Et c’est ce problème, découvert incidemment pendant le déroulement de la procédure et nécessairement scandaleux aux yeux d’un réformateur comme Arnoul, que règle prioritairement ce dernier, en obligeant le prêtre à abandonner sa charge dans l’église. Ce faisant, l’évêque de Lisieux ne règle pas totalement le problème initial : il écarte du bénéfice ecclésiastique (c’est-à-dire de la charge de « curé ») l’un des acteurs du conflit mais n’attribue pas officiellement le droit de patronage à l’abbé de Lyre, ce qui pourrait, dans la suite, rendre nécessaire une intervention de la justice de l’archevêque de Rouen.

Cette charte épiscopale présente une singularité notable : elle est l’une des seules, dans la deuxième moitié du XIIe siècle en Normandie, à être consacrée à un cas de déviance comportementale et de discipline ecclésiastique, en évoquant explicitement le cas d’un clerc marié et la sanction qui lui est imposée. On sait, notamment par le Registre des visites pastorales de l’archevêque de Rouen Eudes Rigaud, au milieu du XIIIesiècle, que le clergé paroissial est loin d’être toujours irréprochable et qu’il subsiste encore, à cette époque, des cas de prêtres menant une vie en concubinage ou ayant des relations sexuelles. Un clerc concubinaire n’est donc certainement pas un cas totalement isolé vers 1170. Mais il est rare de trouver à cette époque, dans les chartes normandes, des clercs qui sont dits engagés par le mariage. Il est, en outre, exceptionnel de trouver par écrit les modalités de règlement de tels problèmes comportementaux du clergé dans les actes de la pratique au XIIe siècle, ces questions étant principalement traitées sous l’angle normatif dans les canons des conciles (rares dans la Normandie du XIIe siècle) et, de manière pratique, un peu à l’image de cette charte d’Arnoul de Lisieux, dans le Registre d’Eudes Rigaud au XIIIe siècle. Au total d’ailleurs, en étant principalement consacré à cette question comportementale, abordée incidemment sans doute, cet acte d’Arnoul est d’une portée juridique indirecte pour l’abbaye de Lyre qui l’a conservé dans son chartrier. L’essentiel de la portée juridique de l’acte est en effet négatif : le clerc fautif, obligé de renoncer à sa charge, a finalement perdu ses droits sur le bénéfice ecclésiastique… ce qui ne peut qu’arranger les moines de Lyre puisque cela affaiblit considérablement la capacité de nuisance du clerc, dans l’hypothèse où il réclamait le patronage de l’église contre l’abbé. Le rôle du clerc titulaire de l’église paroissiale dans la reconnaissance du patron légitime est en effet souvent déterminant : Gilbert n’étant plus titulaire de l’église de Bertreville, il n’est plus en mesure d’utiliser cette fonction pour contester le patronage réclamé par l’abbé de Lyre. 

Enfin, il faut noter la remarquable maturité du vocabulaire et des formules juridiques employés par Arnoul pour présenter son activité judiciaire. Si on retrouve des éléments caractéristiques de la procédure romano-canonique, très répandue dans la deuxième moitié du XIIe siècle, notamment dans l’activité des juges délégués par le pape, il est surtout question, au sujet du clerc, d’une reconnaissance publique en droit, c’est-à-dire dans des formes juridiques garantissant la valeur de cette reconnaissance. Cette confessio in jure, pour reprendre les termes latins, est habituellement, en Normandie, bien attestée à partir du début du XIIIe siècle mais rarement avant. On observe donc ici une remarquable précocité dans l’usage de cette procédure et des termes utilisés pour en rendre compte.

***

Tradition et texte latin de l’acte

B. Copie du XVIIIe siècle dans les papiers de Dom Lenoir, Château de Semilly, Collection privée du marquis de Mathan, vol. 23, p. 469, n° 42.

C. Copie du XVIIIe siècle dans les papiers de Dom Lenoir, Château de Semilly, Collection privée du marquis de Mathan, vol. 72, p. 317, n° 42.

BC

Arnulfus Dei gratia(a) Luxoviensis episcopus, omnibus Christi fidelibus tam presentibus quam futuris, salutem. Noverit universitas vestra quod causam que inter venerabilem fratrem Osbertum abbatem de Lira et Gislebertum de Gardino clericum super ecclesia de Bertrevilla vertebatur Romani pontificis nobis delegavit autoritas dedicendam(b) et ordine judiciario sine appellationis obstaculo terminandam. Cum itaque partes, primo et secundo, in nostra presentia constitissent, auditis spatiose et diligenter propositis hinc inde allegationibus, cognovimus, et predicti Gisleberti(c) facta in jure publice confessione, ipsum et matrimonium habere simul et predicte ecclesie personatum. Nos vero, considerata nimirum sacrorum canonum institutione, pronunciavimus ipsum in matrimonio de jure personatum ecclesie habere non posse eundemque ab ea, quam contra ecclesiasticas institutiones possederat, precepimus deinceps abstinere, et abbati, restituta integra ecclesia, disponendi tanquam de sua dedimus potestatem, salva nimirum domino et patri nostro Rothomagensi archiepiscopo episcopali justitia(d), in cujus episcopatu ecclesia predicta consistit, ipsique quod a nobis de mandato sedis apostolice(e) factum est suo mandavimus effectui mancipare. Valete.

(a) gracia B. – (b) Sic BC, comprendre decidendam. – (c) Gilleberti C. – (d) justitia B.  – (e) apostolicæ C.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.